Mathias Gourdot

BIOGRAPHIE

Je fais ma première scène à 18 ans la veille du bac de philo au théâtre DUNOIS à Paris dans LA VERSION, pièce chorégraphique contemporaine des GÉOGRAPHES (conception Gérard Gourdot). J’y interprète un rap a capella de plus de trois minutes. S’en suit durant quelques années une collaboration avec cette compagnie (soirée nomade à la fondation Cartier, spectacle et concert au Vivat d’Armentières, show au salon du prêt à porter masculin porte de Versailles…).

Parallèlement, je travaille mes textes mais peine à trouver des compositeurs. Je fais alors la rencontre de Hubert Césarion, musicien, travaillant pour le milieu de la mode. Je deviens rappeur pour une marque de Street Wear TISSUS SOCIAL (clip, passages télé, salon de prêt à porter).

Je décide de quitter la capitale et son parisianisme pour me recentrer sur mon travail d’ auteur et ainsi rencontrer le milieu hip hop de province (à Poitiers). Peu à peu des liens se tissent et les premières collaborations voient le jour (notamment avec des danseurs). J’obtiens la bourse « Jeune Talent en Poitou Charente » et suis une formation au Studio des Variétés à Paris.

J’écris une pièce pour enfants mêlant rap, théâtre et danse. L’histoire du petit robot « XYLO » qui veut apprendre à tourner sur la tête (mise en scène Anne Morel). « XYLO » sera joué plus de 10 fois et obtiendra l’aide à la diffusion du conseil général de la Vienne. Parallèlement je fonde le groupe URBANOLOGUE qui réunit les 4 disciplines du hip hop sur scène (rap, danse, djing et graff). URBANOLOGUE fera la première partie de STORM à la HUNE à Poitiers lors du festival HIP HOP AND CO.

La rencontre avec le théâtre sera déterminante pour mon devenir artistique. C’est avec Anne Morel que je deviens comédien rappeur dans les spectacles professionnels de la COMPAGNIE SANS TITRE (BAL BATTLE, GENDER CONFERENCE et LES JEUNES OMBRES). J’intègre la notion de « personne personnage » qui va permettre ma libération textuelle. Rapidement, mes écrits diffèrent, je suis libre de tout format, je prends de la hauteur et de la consistance. La voix et la gestuelle changent selon les textes interprétés.

Avec Anne Morel une collaboration artistique est née. Nous écrivons à deux mains. Deux cerveaux valent mieux qu’un. Désormais je suis capable de m’accompagner de gens venant d’autres univers, de me nourrir d’eux et inversement.

Après plusieurs spectacles avec la compagnie sans titre je fonde le groupe Orage Mécanique qui obtiendra l’aide à l’autoproduction de la Sacem et dont l’album Rupture sera distribué nationalement.

Depuis près de 10 ans je mène également des ateliers de pratique artistique en écriture slam rap auprès des jeunes.

Enfin en 2016 je rejoins le Noctilus Théâtre et vogue vers d’autres aventures.

ENTRETIEN : Pourquoi le théâtre forum ?

Sur le terrain des addictions je n’ai jamais été mauvais, bien au contraire ! Un vrai professionnel qui évoluait dans des divisions mortelles.

Fort de ces expériences, de ces années à côtoyer le haut niveau, il m’est apparu tout simplement humain de partager mon vécu d’ancien sportif.

J’ai également été un harceleur harcelé assez compétitif lors de mes années collège. Je pourrais garder à l’ombre dans mon sac de sport, toutes ces tranches de vie mais j’ai choisi de les transmettre par le biais du théâtre forum.

Si j’avais eu la chance de rencontrer le Noctilus Théâtre avant d’entamer mes entrainements poussés, j’aurais peut-être pu éviter blessures, déchirements, points de suture et égarements.

Pourquoi le Noctilus ?

J’ai trouvé au Noctilus Théâtre, une humanité simple et juste, un rapport au monde, à l’autre, aux autres, qui me correspondent. On ne ment pas ni à soi ni aux autres. Même si au début cela est très troublant en définitive, cela est reposant.

La pédagogie proposée permet aux jeunes de s’approfondir, de grandir et d’avancer dans l’estime de soi.