Une journée sans portable – Mars 2017


Les apprentis du CFA St Michel Mont Mercure (85) ont préparé la journée sans portable avec Noctilus.

“Quoi ? Une journée sans portable ? Mais vous êtes folle madame ?” a-t-on pu entendre dans le hall d’accueil de l’amphithéâtre du CFA ce mercredi 22 mars 2017. Après avoir installé les jeunes, nos comédiens ont pu observer des comportements pour le moins équivoques.

Portable dans les mains, que l’on tripote dans tous les sens comme un anti-stress (à moins que le stress ne vienne du fait qu’il soit coupé…), que l’on montre ostensiblement à son voisin, certains allant jusqu’à mimer la saisie d’un texte sur l’écran tactile ! Une chose est sûre nous ne sommes pas là par hasard.

Pour Florence Lemoine, formatrice et responsable de la journée sans portable, “il s’agit de sensibiliser les jeunes en amont pour se poser les bonnes questions et  comprendre l’intérêt d’une telle journée. Le choix du théâtre forum était évident pour permettre un effet miroir et se rendre compte que le téléphone prend parfois trop de place dans nos vies personnelles et professionnelles.”

La Cie est donc intervenue 3 mercredis du mois de mars pour pouvoir toucher l’ensemble des apprentis qui alternent entre formation au CFA et stage en entreprise. L’exercice a été difficile pour certains et une jubilation pour d’autres, surtout lorsqu’ils ont vu la bonne dose de mauvaise foi de nos personnages pour expliquer leurs comportements dans les situations présentées.

Une action qui a permis à chacun de réfléchir à son propre rapport au téléphone. Notamment avec une réflexion plus poussée sur l’immédiateté engendrée par le smartphone, la permanence de l’information (parfois biaisée) et un point théorique sur les dernières recherches en addictologie comportementale.

1/3 du public a reconnu en fin de séance qu’une journée sans portable c’est plutôt facile, les 2/3 reconnaissant que cela va être dur. “Alors que pensez-vous d’une semaine sans portable ?” a lâché Marie (notre comédienne) en fin de séance. Une poignée infime de jeunes se sentait prêt à relever le défi tandis que la majorité avouait ne pas en être capable.

Didier Nourrisson

Les commentaires sont fermés.